Fiction lesb

03 septembre 2015

Chapitre 1

Lily. C'est ça son nom, Lily. Et dire que c'est un prénom que je n'aime pas du tout à la base... Et maintenant il me hante. Partout. Tout le temps. Il chante dans ma tête, entêtant et parfumé. Maintenant je ne peux plus m'en passer. Il paraît tellement doux à mon oreille, ce prénom autrefois si dissonant. Et j'avais de bonnes raisons de ne pas l'aimer ! Il ressemble au prénom de la pouf, pompom girl, qui veut absolument être élue reine de promo et qui ne sait compter que jusqu'à cinq dans les films américains pour adolescents désespérés ! Vous savez, la fille qui a toujours un rire de cruche et dit des choses méchantes juste pour se sentir mieux dans sa peau. Mais maintenant, ce prénom a pris pour moi l'apparence voluptueuse de la magnifique personne qui le porte. Et il s'est alors adouci. Il a un gout de miel et une voix grave, légèrement éraillée. Des yeux verts qui pétillent malignement, et un sourire à fossettes. Des lèvres pleines et roses. Des formes délicieuses. Une démarche féline. Comment résister avec pareille déguisement ? Et Il tourne, virevolte, danse dans ma tête. Il ne veut plus me lâcher.

 

Enfin bref, avec tout cela je ne me suis même pas présentée. Mon nom est Camille Belle. Oui Belle. Hahahaha c'est super drôle. On ne me l'avait jamais faites le "en plus t'as une tête de bébé, t'es une baby-belle bababybelle". Je suis morte de rire. On peut passer à autre chose ? Merci. Rha les jeunes de nos jours... ça pense avoir un humour original et ça radote de vieilles blagues pourries. Tsss. Donc reprenons. J'ai 18 ans et je suis en première année à l'ESP (l'École Supérieur du Parfum). Du coup, vous l'auriez deviné, j'ai un excellent nez. Et je suis un putain de génie en chimie. On sent la fierté, n'est-ce pas ! J'ai toujours eu beaucoup d'amis, et suis assez sociable. Qualité qui apparemment ne m'aide pas à avoir de la chance en amour. Il faut dire que je tombe facilement dans la "friend-zone" quand il s'agit de filles. Oui, d'où le beaucoup d'amis, pas besoin de remuer le couteau dans la plaie. Si vous continuez à vous moquer, je vais me fâcher. Et je fais trèèèèès peur quand je suis fâchée..... COMMENT CA JE NE SUIS PAS CREDIBLE ??? Pfffff. Bon okay, j'admets que du haut de mon 1m60 et avec mon air de bisounours, je n'ai jamais fait peur à grand monde. Mis à part ma petite taille, j'ai de très beaux et longs cheveux bruns et des yeux verts/gris, qui font mon charme, il paraît. Je suis assez fine et élancée, sûrement parce que je fais pas mal de sport, genre jogging et taekwondo. Et je suis sûre que maintenant vous flippez votre maman. Non toujours pas ? Grrrrrrrrr...

........................................................................................

Aujourd'hui c'est la rentrée. Soit mon premier jour de cours dans le supérieur. Je sens déjà que ça ne va pas être du tout comme le Lycée. Ce qui me fait un peu peur. D'un autre côté, j'ai hâte de commencer cette nouvelle vie. Me faire de nouveaux amis, voir de nouvelles têtes et qui sait... Rencontrer une jolie fille qui voudra bien de moi ? Alors que je rêvasse en regardant ma nouvelle école, le mec juste devant moi s'arrête brusquement. Du coup, forcément, je lui rentre violemment dedans et m'explose le nez contre son dos. C'est qu'il est musclé le bougre. Le mec se retourne en ouvrant grand les yeux.

-"Désolé ! Je ne t'avais pas vu ! Tu t'es faite mal? dit-il avec un air étonné.

-..."

Je me frotte le nez en fronçant les yeux. Je sais que je fais une mimique bizarre. Il explose de rire en me voyant faire.

-"C'est trop mignon ! On dirait un suricate !"

Un suricate ? Non mais franchement quoi... Un suricate... Pfff. Je dois le regarder d'une drôle de façon parce qu'il reprend la parole avec un air attendrit et me dis :

-"Rhôô, mais boude pas, va. Pour me faire pardonner je te propose  de te joindre à moi ce soir. On fait une soirée avec les 2èmes années de ma promo. Tu pourras rencontrer tes seniors comme ça.

-Comment tu sais que je suis en première année ?

-Pas difficile, il suffit de voir ta tête émerveillée quand tu regardes autour de toi, dit-il en me faisant un clin d'oeil. Je m'appelle Théophile, mais appelle-moi Théo. Je ne vais pas me reconnaître sinon.

-Camille."

Je lui souris et lui demande où se trouve l'amphi de présentation des premières années. Du coup il m'emmène et on discute un peu. Il est sympa, je l'aime bien.  Il ne se prend pas au sérieux et il n'a pas l'air du genre à juger les gens au premier regard.

 

Je rentre dans l'amphi et le calvaire commence. Oui le calvaire. Au moins tout ça si ce n'est plus. Les profs et les directeurs des différents pôles de l'école passent des heures pour nous expliquer leur boulot, et qu'ils sont là pour nous, et qu'on peut venir les voir, et que l'école est super parce que ci ou parce que ça... Okay c'est sympa de leur part, mais là ils répètent tous le même discours de bienvenue à la con et j'en ai marre. J'entends la fille à côté de moi soupirer bruyamment. Elle est plutôt jolie. Elle a de longs cheveux roux et les yeux très marrons, presque rouge foncé. Ça sonne bizarre dis comme ça mais c'est assez mignon en fait. Je lui souris et hausse un sourcil d'un air amusé.

-"Bah alors ? Tu ne trouves pas ça passionnant toi, d'entendre pour la quinzième fois que la bouffe de la cantine est super saine et pas chère? dis-je avec un air faussement étonné.

-Pas autant que d'écouter le merveilleux accent du prof d'Anglais, répond-elle en rigolant. Maï Nèm iis Éva, dit-elle en singeant l'accent du jeune homme chauve nous présentant les bienfaits de la phonétique pour améliorer son apprentissage des langues. Enchantée !

- Camille, de même."

Je prends un air solennel en lui serrant la main, ce qui la fait rigoler. On déconne pendant tout le reste de la présentation. Je peux voir le regard de reproche de son autre voisine, mais au moins ça m'occupe. En plus nous nous entendons parfaitement bien avec Éva. Quand la présentation se termine (enfin), la voisine de ma nouvelle amie nous bouscule violemment en nous jetant un regard méchant, avant de partir. Non mais qu'est-ce qui lui prend à celle-là ? Certes on discutait mais on ne faisait pas tant de bruit que ça non plus ! Puis c'est qu'une présentation, pas la peine d'en faire tout un plat ! Je grommèle dans ma barbe et Éva éclate de rire en me regardant. Bah dites-moi ! Ça fait deux fois que quelqu'un explose de rire juste en me regardant ! Je vais le prendre comme une bonne chose, hein. Je préfère.

-"Aller, fais pas cette tête va. Y'a une soirée ce soir avec les 2èmes années. Tu viens ?

-Oui, y'a un gars tout à l'heure qui m'a invité.

-Ouuuh ! A peine arrivée et on fait déjà des ravages ?

- Oh, tu sais, moi, les mecs...

- Toi les mecs quoi ?"

Je vois qu'elle fait une moue intriguée. Comme si elle avait détecté qu'il y avait anguille sous roche. J'hésite à lui dire... Ça me fait très peur d'avouer mon homosexualité. Je viens à peine de faire un début de coming out, et c'est seulement à des amis très proches. Du coup ça me fait complètement flipper. Oh puis merde ! J'avais dit que cette année je la jouerais franc-jeu et qu'on verrait ce qui se passe. Je prends mon courage à deux mains. Rougis très fortement (forcément, sinon ce n'était pas drôle, hein). Et je me lance :

-"Je suis lesbienne."

Je l'ai dit d'une seule traite. Le plus rapidement possible. Comme retirer pour un pensement. Je sais déjà que ma tête est rouge tomate et je regarde fixement mes pieds, en me triturant nerveusement les mains. Oh mon Dieu, oh mon Dieu, oh mon Dieu. Je viens juste de la rencontrer et pourtant j'ai tellement peur de sa réaction. Je sens une main sur mon épaule et je relève les yeux, un peu honteuse. Elle me fait un grand sourire rassurant.

-"Okay. Pas de problème. C'est bien que tu es le courage de l'assumer. Je sens que ce n'est pas facile pour toi. Tu peux être fière, ne t'inquiète pas."

J'ai envie de lui sauter au cou mais je me retiens (je l'ai rencontré il y a seulement quelques heures quand même, ça ferait bizarre). Je me contente de lui lancer un regard plein de reconnaissance. On repars à notre résidence (car il s'avère qu'on habite dans la même résidence, nous nous en sommes rendu compte sur le chemin) pour se préparer pour la fête de ce soir. Nous échangeons nos numéros de téléphone et de chambre, et nous donnons rendez-vous à 21h20, pour pouvoir se retrouver et partir ensemble. La fête se déroule dans une résidence à 5 minutes à pied de la nôtre, mais j'ai besoin d'elle comme GPS. Oui, ce n'est pas loin, mais j'ai un sens de l'orientation limité. Limité à mon appart. Je dirais même limité à ma cuisine, mais là-dedans il est très bon. Surtout quand il s'agit de trouver le nutella. Là il est vraiment super aiguisé.

Je rentre chez moi et inspire profondément. J'adore cette sensation de "chez moi", retrouver mon univers et un peu de tranquillité. Je dîne, prends une bonne douche, vais me remaquiller et choisis une tenue pour ce soir. J'opte pour un jean skinny noir, des talons de la même couleur et un haut bordeaux. Je me regarde dans la glace.

-"Mouais, pas mal. Allez, on valide ça."

Je regarde ma montre : déjà 21h20 ! J'entends sonner à la porte. Pile à l'heure ! Je suis impressionnée ! J'attrape mon sac avec mes affaires, une bouteille de Vodka qu'il me restait dans le frigo d'une ancienne fête, et sors rejoindre Éva. Nous allons à la soirée et nous sommes ouvert par Théo, déjà un peu jouasse.  Il me donne une grande tape dans le dos (ça fait super mal, ce mec ne se rend vraiment pas compte de sa force) et nous invite chaleureusement à entrer. Je pose ma bouteille sur la table au milieu de la pièce. Et regarde autour de moi. Son appart est composé d'une grande pièce faisant office de chambre/salon/salle à manger/cuisine et d'une autre petite pièce que j'imagine être les toilettes/salle d'eau, la porte étant fermée. Une dizaine de personnes sont assises en rond au milieu de la pièce et nous saluent. Ils me disent leurs prénoms mais je les oublie au fur et à mesure.

On nous sert un verre et on nous laisse une place dans le cercle. Ils ont sorti un jeu de cartes et on débat sur le jeu à jouer. On finit par opter pour une pyramide, à 8 voix contre 5. Soudain j'entends la porte derrière moi s'ouvrir et un des membres du cercle, Jérémy je crois, ou Jérôme, je ne sais plus, appel :

-"Lily ! Viens vite !  On va faire une  pyramide !"

Je souris intérieurement. Lily ? Non mais sérieux, c'est quoi ce prénom? C'est nul ! La pauvre, je n'aimerais pas avoir un prénom comme ça. C'est comme les gens qui s'appelle Mickael, ou Brook, ou Brittany. Ce n'est pas joli comme prénom. Hahahaha. Je me retourne pour voir la malchanceuse et je bloque. Elle est incroyablement belle. Je n'étais pas préparée à ça, et mon coeur non plus. Ça ne devrait pas être permis d'être belle comme ça. J'ai failli faire un arrêt, moi ! C'est dangereux ! Quoique je veuille bien mourir devant une vision pareille. Je me tourne rapidement vers le cercle, en essayant de ne rien laisser paraître. Et c'est une tâche compliquée, croyez-moi. Je n'arrive plus à me concentrer, c'est horrible. Je suis complètement perturbée. Et pour ne pas m'aider, elle vient s'asseoir, forcément, à côté de moi.

-"Bonsoir."

J'entends un son sensuel et grave, qui vibre le long de ma peau pour venir se nicher dans le creux de mon oreille. Ah, merde. Elle me parle je crois. Attends, il faut que je réponde. Déjà que c'est compliqué de parler, si en plus il faut que je réfléchisse à une réponse... 

-"Euh, bonsoir. Je m'appelle..." 

Je bégaye un peu et me concentre pour ne pas rougir. Merde je m'appelle comment déjà ?

-"Camille ! dis-je un peu trop vite. Je m'appelle Camille.

- Bah alors? Tu as déjà abusé de la boisson? Ce n'est que le début de la soirée ! répondit-elle en plaisantant. Moi c'est Lily."

Hahaha. La boisson bien sûr. Haha. Je n'ai encore rien bu. Remarque ça me fait une excuse potable. en plus ça fera passer la rougeur de mes joues pour quelque chose de tout à fait acceptable en société alcoolique (l'autre définition d'une soirée).

-"Ouais, haha, j'ai un peu abusé des tekpafs avant d'arriver."

Et je rigole bêtement, histoire de rajouter de la crédibilité. Imbécile de moi va. Je dois juste avoir l'air d'une débile. Je crois qu'Éva a vu mon trouble parce qu'elle vole à mon secours.

-"On a déjà un peu bu avant de venir ici toutes les deux."

 

 

 

 

...........................................................................................................................................................................

Et maintenant le premier jet corrigé ! Enjoy ;)

Un jour j'écrirais une suite. Un jour où j'aurais un peu de cette denrée rare nommée le temps...

 

Posté par sweetlifendream à 00:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]